Fraternelle mélancolie

Melville et Hawthorne, une passion

Stéphane Lambert

Le 5 août 1850, alors qu’il travaillait à son livre sur la baleine, Herman Melville rencontre Nathaniel Hawthorne, propulsé au rang de plus grand écrivain américain après la publication de La Lettre écarlate.
Entre les deux hommes naît une amitié littéraire aux accents passionnels.
Quelques mois plus tard, Melville dédie Moby Dick à son nouvel ami. L’évidence de leur rencontre est aussi fulgurante que le sera la fin de leur histoire.

À cette relation complexe de deux êtres qu’un même fond de mélancolie rapproche et que des tempéraments opposés séparent, Stéphane Lambert entrelace des éléments de vie personnels et romanesques, et des interrogations sur la création, la fraternité ou le désir.
Écrire devient alors une autre manière d’aimer.

Image de couverture de Fraternelle mélancolie
Collection : La rencontre
janvier 2018
224 pages - 19 €
Dimensions : 12,5 x 20,5 cm
ISBN : 9782363081506
9782363081506

Lire un extrait

Fraternelle mélancolie

Stéphane Lambert

Le choc de cette rencontre est à la mesure de l’attente de Melville, lui qui n’avait eu comme confident que la mer rêvait qu’elle s’incarnât en un être de chair, un compagnon de route. On peut raisonnablement se demander ce que Melville attendait de Hawthorne. Une amitié ? Mais qu’est-ce que l’amitié ? Quelles en sont les limites ? L’image symbolique du bateau naviguant dans le grand inconnu du vivant avec ses dangers et ses pièges appelle la nécessité d’une compagnie comme rempart à l’isolement de l’angoisse et de la peur.

Ils en parlent…

le logo du journal

« Melville et Hawthorne, une amitié interdite » de Stéphane Lambert

Août 1883. Herman Melville, écrivain oublié depuis plusieurs décennies est à 64 ans inspecteur des douanes au port de New York. Il se souvient de l’amitié intense qui l’a lié à l’autre géant de la littérature américaine, Nathaniel Hawthorne, trente années auparavant.

le logo du journal

BX1 - LCR

émission du 25/06/2018

le logo du journal

Education puritaine et fantaisies oniriques

par François Rivière

le logo du journal

« On a beaucoup écrit sur l’amitié [de Melville et Hawthorne] et leur relation complexe. Leur penchant mélancolique les rapprochait, alors que leurs tempéraments les opposaient. Stéphane Lambert, dans un récit personnel, a donné vie à cette rencontre fulgurante. »

le logo du journal

Melville, Hawthorne et Stéphane Lambert

par Pierre Maury

le logo du journal

Entre les lignes de ce magnifique Fraternelle mélancolie, on trouve aussi une bouleversante réflexion sur le mystère de la création littéraire et les tourments dans lesquels elle jette ceux qui veulent s’y aventurer, parfois au sacrifice de leur vie.

par Sébastien Ministru

le logo du journal

Ce dernier opus n’est pas une enquête journalistique, une biographie croisée, une analyse littéraire ou une auto-analyse, mais tout cela à la fois.

le logo du journal
le logo du journal

L e f l o t o i r

par Florence Trocmé

le logo du journal

Radio libertaire

Emission Bibliomanie du 18 janvier 2018 sur Radio Libertaire, 89.4 FM

par Valère-Marie Marchand

le logo du journal

émission Version originale du 10 février 2018 - Aligre FM - Paris 93.1

le logo du journal
le logo du journal

Ils étaient à eux seuls des océans

par Richard Blin

le logo du journal

Stéphane Lambert a conçu un récit personnel dont le style nous ravit. Sa plongée dans la personnalié des deux écrivains est touchante et passionnante. Il a su donner vie à cette rencontre fulgurante.

le logo du journal

Passion amoureuse ou amitié fraternelle ? La réponse de Stéphane Lambert - Genres

par Hugues Demeusy

le logo du journal

Fraternelle mélancolie

par Pierre Ahnne

le logo du journal

Stéphane Lambert : « Fraternelle Mélancolie »

émission « Versus lire ».
Lectures : Frédéric Lugon

Par David Collin

le logo du journal

Une amitié interdite ?

par Jacques Franck

le logo du journal

Les accents troublants d’une amitié littéraire

par René de Ceccatty

le logo du journal

Le roman de l’amitié ou repousser l’ennui d’exister

par Jeannine Paque

le logo du journal

C’est l’imbrication entre les faits historiques ou avérés* et les résonances affectives de cette complicité difficultueuse dans la vie de l’auteur qui rend ce livre profondément attachant.