La vie sans savoir

Christophe Etemadzadeh

Beaucoup de mes souvenirs d’enfance ressemblent à des rêves.

Que comprenons-nous de notre propre existence ? Tout ne nous échappe-t-il pas depuis toujours ?
Récit d’enfance, La vie sans savoir est une invitation à plonger dans le sentiment du temps, de ce qu’on croyait éternel et qui a disparu – c’est l’imparfait d’une vie.
Par-delà les accidents d’une histoire familiale tumultueuse, où la Flandre et l’Iran se rencontrent comme dans un rêve, Christophe Etemadzadeh retrace les souvenirs incertains, drôles ou douloureux de paysages et de visages disparus, d’amours et d’amitiés, de chagrins et de fautes.
Orgueilleuse recherche et désir mélancolique de fixer ce qui n’est plus – ne fut peut-être jamais.

La vie sans savoir est un défi littéraire audacieux, peut-être impossible, assurément insensé. Mais quel talent !

Image de couverture de La vie sans savoir
Collection : La rencontre
janvier 2021
400 pages - 21 €
Dimensions : 12.5 x 22.5 cm
ISBN : 9782363082398
9782363082398

Lire un extrait

La vie sans savoir

Christophe Etemadzadeh

J’ai grandi dans une région où un ciel entièrement bleu semble une anomalie, mais (n’ayant jamais entendu dire qu’on rencontre plus d’adorateurs de l’azur sous les cieux gris et pluvieux qu’ailleurs) je ne crois pas que la rareté du phénomène explique à elle seule ma fascination. J’étais tellement habitué aux briques, aux cases, aux carreaux que je devais m’étonner, après m’être longuement penché sur mon cahier, de n’en pas voir au ciel : comment une couleur pouvait-elle être à ce point unie ? et sur une surface aussi vaste !

Ils en parlent…

logo du media de presse

Christophe Etemadzadeh

Un projet proustien.

logo du media de presse

Le roman qu’on s’en fait.

(...) Christophe Etemadzadeh revisite son enfance par fragments signifiants à l’instar d’un Arno Dubois retrouvant dans La Langue du père (Cambourakis, 2019) les fondements de son identité. Beaucoup plus de figures grammaticales et même d’haplologie chez Etemadzadeh qui a placé la barre haut.

Par Eric Dussert.

logo du media de presse

Pas de gaufres pour Zardosht

Dans « La Vie sans savoir », Christophe Etemadzadeh restitue son enfance lilloise au plus près du vécu plutôt que du remémoré.Une recherche ambitieuse, et réussie.

par Bertrand Leclair

logo du media de presse

La grande beauté

L’un des plus beaux livres de ce début d’année 2021 est un récit de souvenirs écrit par le rejeton d’un Iranien et d’une Belge. Il dit que « ses souvenirs d’enfance ressemblent à des rêves », et puis il nous fait entrer dans ce rêve et l’on est ébloui.

par Frédéric Beigbeder

logo du media de presse

Identité j’écris ton nom

Christophe Etemadzadeh signe un roman en forme de généalogie de son passé et d’enquête sur les siens, sous l’ombre tutélaire du narrateur proustien. (...) La plume d’Etemadzadeh allie la distanciation de « l’étranger » et la minutie incisive d’un cerveau toujours sur le qui-vive, et exerce une drôle de fascination. L’identité est ce qui est identique. Or, à quoi est-on censé être identique ? Là est la question. Et tout le mystère.

par Sean J. Rose