Max, en apparence

Nathalie Skowronek

En apparence, Max avait laissé Auschwitz derrière lui.

Une histoire ancienne qui avait fini par s’effacer, comme dans mon souvenir le numéro tatoué sur son bras qu’enfant je connaissais par cœur, et que j’avais pourtant fini par oublier.

Mon grand-père Max était à présent un homme d’affaires qui, associé à Pavel, son vieil ami des camps, trafiquait par-dessus le mur de Berlin pour alimenter la nomenklatura d’Allemagne de l’Est en produits de luxe et marchés divers. Tout aurait été pour le mieux, Max vivant au milieu de sa cour, si ce départ pour Berlin (qui avait été il n’y a pas si longtemps le cœur de la machine de mort) ne s’était fait au prix de l’abandon de son épouse et de sa petite fille, restées à Liège.

En apparence seulement.

Car Max chaque matin faisait le tour du zoo de Berlin, avec dans ses poches ses pilules, et un petit sac de diamants.

Image de couverture de Max, en apparence
Collection : Littérature française
septembre 2013
240 pages - 16.00 €
Dimensions : 12,5 x 20,5 cm
ISBN : 9782363080301
9782363080301

Ils en parlent…

le logo du journal

Les gardiens de la mémoire

Entretien

le logo du journal

finalistes du prix Rossel 2013

le logo du journal

Passé les apparences

Jean-Claude Vantroyen

le logo du journal

N’oubliez jamais

Hervé Bertho

le logo du journal

Un numéro tatoué sur l’avant bras

Alain Delaunois

le logo du journal

Tout contre l’oubli

Thierry Clermont

le logo du journal

Arléa Jacta

Veneranda Paladino

le logo du journal

Détacher les morts des vivants

Henri Raczymow

le logo du journal

La délicate