Les Soeurs aux yeux bleus

Marie Sizun

La Gouvernante suédoise se terminait en 1877, à la mort tragique de Hulda, la jeune épouse suédoise de Léonard Sézeneau. Que va-t-il advenir de leurs cinq enfants, traumatisés par la mort de leur mère et la découverte du drame familial qui en est la cause ? Si les garçons, envoyés en pension, trouvent leur voie, il n’en va pas de même pour les trois sœurs, que leur père entraîne avec lui dans le dernier parcours aventureux de la vie.
Échapperont-elles à l’autorité de ce père adoré mais abusif ? Passant du XIXe siècle, qui les a vues naître, au XXe, les sœurs vont faire, de façon souvent douloureuse mais magnifique, l’apprentissage de la liberté.
Étonnant roman, fertile en rebondissements, Les Sœurs aux yeux bleus nous montre une société en pleine évolution et la dignité nouvelle trouvée par les femmes.

Image de couverture de Les Soeurs aux yeux bleus
Collection : 1er Mille
janvier 2019
390 pages - 20 €
Dimensions : 13 x 19 cm
ISBN : 9782363081728
9782363081728

Ils en parlent…

le logo du journal

par Jacques Plaine

le logo du journal

Dans l’ombre insidueuse de la gouvernante

par Isabelle de Monvert-Chaussy

le logo du journal

Points de Suspension du 01/05/2019 - Fréquence Protestante

le logo du journal

par Yves Viollier

le logo du journal

critique de « Les sœurs aux yeux bleus », dernier livre de Marie Sizun - onlalu

critique, avis sur Les sœurs aux yeux bleus de Marie Sizun

par Aline Sirba

le logo du journal
le logo du journal
le logo du journal

Inoxydable roman familial

par Jean-Claude Lebrun

le logo du journal

Les trois soeurs

par Claire Julliard

le logo du journal

Marie Sizun poursuit sa saga romanesque

le logo du journal

Inoxydable roman familial | L’Humanité

La chronique littéraire de Jean-Claude Lebrun Les Sœurs aux yeux bleus Marie Sizun Arléa, 390 pages, 20 euros

par Jean-Claude Lebrun

le logo du journal

La famille, ce long fleuve intranquille - Le Temps

« Les sœurs aux yeux bleus »… Derrière ce titre un peu fleur bleue, aux relents de douce et naïve romance, se cache l

le logo du journal

Mélancolie de l’inaccompli

par Emmanuelle Giuliani

le logo du journal
le logo du journal

Une suite étonnante | Camus Diffusion

Léonard Sézeneau, ce négociant en vin qui a rencontré la mère de ses enfants à Stockholm, avait engagé une gouvernante suédoise, Livia, qui avait suivi la famille lors de son installation à Meudon avec ses cinq enfants. Hulda, la jeune mère, est morte tragiquement, et Léonard se retrouve seul avec ses deux garçons et leurs…

par Hélène Camus

le logo du journal

On pense, en lisant cette longue saga, à bien des choses. Au roman russe pour la première partie (Saint-Pétersbourg), à divers romans anglo-saxons, dont le chef-d’œuvre de Louisa May Alcott, Les Quatre Filles du docteur March, pour l’ensemble.

par Pierre Ahnné