Cocteau sur le rivage

Olivier Rasimi

Le 12 décembre 1923, Raymond Radiguet meurt à Paris, fusillé par les soldats de Dieu. Il a vingt ans. Jean Cocteau est dévasté, Radiguet était comme son fils. Il va le pleurer trois jours et trois nuits durant. Il vient de perdre la moitié de lui-même. Il se réfugie près de Nice, à Villefranche-sur-Mer et se cache. Ce deuil au soleil, il l’accompagne d’opium et de dérives sur l’eau.

Ses amis, Picasso, Auric, Stravinsky viennent le voir. Ce seront trois années dans la nuit de son chagrin et le bleu de la mer. Poèmes, dessins, pièces de théâtre vont naître là, à l’ombre de son enfant perdu. La vérité, il le dit, est toujours du côté de la mort. Et de l’amour...

Image de couverture de Cocteau sur le rivage
Collection : La rencontre
février 2019
168 pages - 17 €
Dimensions : 12.5 x 22.5 cm
ISBN : 9782363081797
9782363081797

Lire un extrait

Cocteau sur le rivage

Olivier Rasimi

C’est alors qu’il vous regarde, Raymond, qu’il vous voit enfin, les yeux écarquillés. Ses lèvres s’ouvrent pour parler, vous vous avancez, j’ai peur, balbutie-t-il, puis, sans plus vous voir : dans trois jours je vais être fusillé par les soldats de Dieu. Il a dit cela dans un souffle, ou est-ce la brume qui parle par sa bouche. Mme Radiguet tient sa brosse en suspens au-dessus de la tête de son fils, comme une croix. Vous ne savez quoi répondre, tout le monde vous regarde, vous vous reprenez enfin, mais non, voyons, les médecins sont très confiants, tu vas guérir, ils me l’ont assuré, et vos yeux s’emplissent de larmes. Il secoue la tête, gravement : vos renseignements sont moins bons que les miens, répond-il, l’ordre est donné, j’ai entendu l’ordre.

Ils en parlent…

le logo du journal

Le veuf sur le toit

par Gilles Brochard

le logo du journal

Deuil au soleil

le logo du journal
le logo du journal

par Claude Maine

le logo du journal

Il était tout pour moi

le logo du journal

Dans un style sensible aux poétiques évocations, refusant toutes effusions ou débordements, Olivier Rasimi procède par touches fugitives, presque sans bruit, préférant laisser Jean Cocteau apparaître et se dévoiler, lui seul, face à son malheur.

le logo du journal
le logo du journal

Un récit qui donne la chair de poule et les larmes aux yeux.

le logo du journal

Cocteau, le deuil sous la brûlure du soleil

par Virginie Gatti

le logo du journal

Cocteau et Picasso, deux amis malgré tout

par Jacques Franck

le logo du journal
le logo du journal
le logo du journal

par Anthony Dufraisse

le logo du journal

LIVRE. Cocteau, le deuil sous la brûlure du soleil

A la mort de Radiguet, Jean Cocteau est sidéré. Olivier Rasimi, dans « Cocteau sur le rivage » fait de la perte et de la poésie un objet d’observation.

le logo du journal

Un chagrin au soleil

par Olivier Mony