Zoran Music à Dachau

La Barbarie ordinaire

Jean Clair

Plutarque raconte que, des sept mille Athéniens faits prisonniers durant les guerres de Sicile, échappèrent aux travaux forcés dans les latomies, et donc à la mort, ceux qui surent réciter à leurs vainqueurs Grecs comme eux, quelques vers d’Euripide. Les nazis n’appliquèrent pas ce trait de clémence antique aux déportés des camps.
Pourtant la mémoire – la culture – joua un rôle majeur dans le destin de certains déportés. En septembre 1944, le peintre Zoran Mušič est déporté à Dachau. Il y réalise, au risque de sa vie, une centaine de dessins décrivant ce qu’il voit : les scènes de pendaison, les fours crématoires, les cadavres empilés par dizaines, c’est-à-dire l’indescriptible.
La question que pose ce livre est la suivante : que pouvait alors la mémoire contre la mort, l’art contre l’indicible ? Non pas « après », mais dans le quotidien de la vie des camps ? Et que peut-elle aujourd’hui ?

Image de couverture de Zoran Music à Dachau
Collection : Arléa-Poche
Numéro dans la collection : 244
décembre 2018
212 pages - 9 €
Dimensions : 11 x 18 cm
ISBN : 9782363081735
9782363081735