Zoran Music à Dachau

La Barbarie ordinaire

Jean Clair

Plutarque raconte que, des sept mille Athéniens faits prisonniers durant les guerres de Sicile, échappèrent aux travaux forcés dans les latomies, et donc à la mort, ceux qui surent réciter à leurs vainqueurs Grecs comme eux, quelques vers d’Euripide. Les nazis n’appliquèrent pas ce trait de clémence antique aux déportés des camps.
Pourtant la mémoire – la culture – joua un rôle majeur dans le destin de certains déportés. En septembre 1944, le peintre Zoran Mušič est déporté à Dachau. Il y réalise, au risque de sa vie, une centaine de dessins décrivant ce qu’il voit : les scènes de pendaison, les fours crématoires, les cadavres empilés par dizaines, c’est-à-dire l’indescriptible.
La question que pose ce livre est la suivante : que pouvait alors la mémoire contre la mort, l’art contre l’indicible ? Non pas « après », mais dans le quotidien de la vie des camps ? Et que peut-elle aujourd’hui ?

Image de couverture de Zoran Music à Dachau
Collection : Arléa-Poche
Numéro dans la collection : 244
décembre 2018
212 pages - 9 €
Dimensions : 11 x 18 cm
ISBN : 9782363081735
9782363081735

Ils en parlent…

le logo du journal

Majuscules - 03/02/2019

le logo du journal

L’art de Zoran Music : un linceul pour l’humanité - Nonfiction.fr le portail des livres et des idées

par Maryse Emel

le logo du journal
le logo du journal
le logo du journal
le logo du journal

par Florent Georgesco

le logo du journal

Zoran Music à Dachau / Arléa | Blog des Arts