Un été à l’Islette

Géraldine Jeffroy

Château de l’Islette, juillet 1892. Camille Claudel y installe son atelier estival. Comme Rodin tarde à la rejoindre, elle confie son désarroi à Claude Debussy et travaille sans relâche. À mesure que La Valse prend forme, traduisant la tension extrême au sein du couple, la petite châtelaine et sa préceptrice, Eugénie, entrent dans la danse.

Géraldine Jeffroy tisse avec subtilité vérité artistique et imagination romanesque. Des destinées se croisent et des passions s’exacerbent. Cet été-là verra naître des chefs-d’œuvre : La Valse et La Petite Châtelaine de Camille Claudel, le Balzac de Rodin et L’Après-midi d’un faune de Claude Debussy.

Image de couverture de Un été à l’Islette
Collection : 1er Mille
septembre 2019
144 pages - 17 €
Dimensions : 13 x 19 cm
ISBN : 9782363082015
9782363082015

Ils en parlent…

logo du media de presse

[CITERADIO] Interview – Géraldine Jeffroy – « Un été à l’Islette » – Éditions Arléa – 23 novembre 2019 – CITERADIO

logo du media de presse

Un été à l’Islette – Ma collection de livres

par H-C Dahlem

logo du media de presse
logo du media de presse

Composition d’histoires

par Marie-Christine Luton

logo du media de presse

par Eugénie Bourlet

logo du media de presse

Chronique, Un été à l’Islette, de Géraldine Jeffroy, aux éditions Arléa. - Dominique Lin

logo du media de presse

Géraldine Jeffroy, la possibilité d’une rencontre

par Jean-Claude Lebrun

logo du media de presse

Claudel, Rodin, Debussy, un été de ruptures

par Isabelle Bunisset

logo du media de presse
logo du media de presse

Encres Vagabondes : Géraldine JEFFROY, Un été à l’Islette

logo du media de presse

Les valseurs

Géraldine Jeffroy reconstitue l’été de création de trois précurseurs de la modernité.

par Véronique Rossignol

logo du media de presse

Un été avec Camille Claudel

par Françoise Goldstein

logo du media de presse

Un été à l’Islette - Géraldine JEFFROY - Mémo émoi

Un très joli petit roman qui manie à ravir la réalité et le romanesque où nous retrouvons Camille Claudel, Auguste Rodin et Clause Debussy le temps de l’été 1892.