Un été à l’Islette

Géraldine Jeffroy

Eugénie, jeune Parisienne cultivée dont les parents craignent qu’elle ne devienne vieille fille, est engagée comme préceptrice au château de L’Islette, en Touraine. Dans ce décor enchanteur, elle s’attache aussitôt à Marguerite, sa petite élève. Entre deux leçons, Eugénie et l’enfant profitent de ce huis clos champêtre propice au repos et à l’insouciance. Mais lorsque Camille Claudel arrive à L’Islette pour en faire son atelier estival, l’artiste devient l’objet de toutes les attentions et de toutes les fascinations. Celle que l’on nomme respectueusement « Mademoiselle Camille » dessine le jour, sculpte la nuit. Elle travaille sans relâche à un groupe de valseurs jusqu’à l’épuisement. Malgré la chaleur étouffante et la poussière d’argile qui lui brûle les poumons, elle veut insuffler à son œuvre suffisamment de son âme pour que ses personnages de terre s’animent. Et comme Rodin tarde à la rejoindre, elle trouve un réconfort dans sa correspondance avec Debussy.
À mesure que la valse prend forme, traduisant la tension au sein du couple Claudel/ Rodin, Eugénie et la petite châtelaine entrent dans la danse.

Dans ce texte, Géraldine Jeffroy tisse avec subtilité la vérité historique et artistique et l’imagination de la romancière. Nous voyons, le temps d’un été, des destinées se croiser et des passions s’exacerber. Cet été-là verra naître des chefs-d’œuvre comme La valse et La Petite Châtelaine pour Camille Claudel, le Balzac d’Auguste Rodin et dans une moindre mesure, comme en écho, L’Après-Midi d’un faune de Claude Debussy. Les trois artistes, chacun à sa manière, tourneront la page de la période romantique.

Image de couverture de Un été à l’Islette
Collection : 1er Mille
septembre 2019
160 pages - 17 €
Dimensions : 13 x 19 cm
ISBN : 9782363082015
9782363082015