Ozu

Marc Pautrel

Le roman Ozu est inspiré de la vie du cinéaste japonais Yasujirô Ozu (1903-1963), qui a réalisé plus de cinquante films, dont les célèbres Voyage à Tokyo (1953) et Le goût du saké (1962). Cinéaste de l’intime, du couple, de la famille, mais aussi de l’amitié, dans un Japon d’après-guerre tiraillé entre modernité et tradition, Ozu fascine par la perfection formelle de ses films et le jeu retenu de ses acteurs. Ses films n’ont été découverts en France qu’au début des années 1980 !
La vie d’Ozu est inséparable du cinéma auquel il se consacrera corps et âme. La littérature, la musique, la peinture compteront également pour lui. Et le saké, qui l’accompagnera sa vie durant.
Travail, drames et succès, amours et ivresse… Marc Pautrel réinvente fidèlement la vie étonnante d’Ozu dans un roman limpide et habilement construit, plein de tendresse, de surprises, de cinéma, de vie, où le portrait, les situations, le décor — Tokyo, Kyoto, Tateshina, Kamakura, ville ou montagne —, les aléas, les retournements, tout s’enchâsse naturellement. Fluidité d’un récit qu’on ne lâchera plus jusqu’à la fin, une fin qui n’en est pas vraiment une.

Image de couverture de Ozu
Collection : Arléa-Poche
Numéro dans la collection : 257
juin 2020
166 pages - 9 €
Dimensions : 11 x 18 cm
ISBN : 9782363082244
9782363082244

Ils en parlent…

Ozu, Marc Pautrel (par Philippe Leuckx)

Ozu, Marc Pautrel (par Philippe Leuckx)

par Philippe Leuckx

logo journal

Livre. Ozu, le cinéaste japonais qui a tout donné à son art

Marc Pautrel va à la rencontre d’un cinéaste majeur, Ozu. Il en fait le personnage d’une biographie moderne rééditée aux éditions Arléa

par Victor Hache

logo journal

RCJ - « Ozu » de Marc Pautrel paru aux éditions Arléa - RCJ

par Josyane Savigneau

logo journal

Dernières parutions, édition avril-mai 2020. Par Élisabeth Miso et Corinne Amar | Fondation la Poste

« Dès que ma mère venait ici, elle semblait avoir accès à une mémoire étendue, plus profonde et plus colorée que la sienne, une mémoire connectée à tout ce qui l’entourait. Le puits de la lignée. À vrai dire, elle semblait ne plus s’adresser qu’à lui. »