Nue India

Alexandre Bergamini

Au XIXe siècle, certains vagabonds occidentaux voyageaient seuls, à pied, et cherchaient à exister hors désir, hors identité, pour vivre le moment présent.
Voici le journal d’un vagabond d’aujourd’hui qui ressemble au Pasolini de L’Odeur de l’Inde. Il voudrait voyager mais il ne se passe rien de l’ordre du voyage. « Il n’y a rien à visiter ou si peu. Je lave ce qui me reste d’Europe. »
C’est la vie qui se saisit de lui, confus, effrayé, ensorcelé – comme s’il retrouvait un état de l’enfance.
Le voyage commence par l’odeur et par l’effroi devant la pauvreté et le dénuement, la solitude ; il finit par la révélation de l’autre, l’éblouissement de l’autre.

L’Inde nue, qui est l’Inde de ses rêves et de la littérature, l’accompagnera à la source du désir, aux pieds des vagues et des rouleaux du Kérala.

Image de couverture de Nue India
Collection : Littérature française
mars 2014
136 pages - 16.00 €
Dimensions : 12,5 x 20,5 cm
ISBN : 9782363080493
9782363080493

Ils en parlent…

le logo du journal

Causons d’Inde

Patrick Besson

le logo du journal

Qu’est-ce que ma vie sinon franchir ce désert ?

Jean-Pierre Naugrette

le logo du journal

La Route des indes