La Barque de l’aube

Camille Corot

Françoise Ascal

Préface de Charles Juliet

Tu es un homme paradoxal, habité par une intense passion, et néanmoins ta peinture ne porte aucune trace de fièvre, si ce n’est dans ta série des « coups de vent ». Tu aimes par-dessus tout les heures voilées, les moments d’entre-deux qui estompent les contours. Aurore, aube, crépuscule, ton goût te porte vers l’instable, le mouvant. Tu veux saisir l’éphémère vision de la naissance du jour ou celle de sa dissolution, bue par les ombres.

Mettant ses pas dans ceux du peintre, Françoise Ascal nous emmène dans les sous-bois et vers les grands ciels lumineux de Camille Corot, chefs-d’œuvre d’étangs et de lumière, d’arbres ou de jeunes filles rêveuses et silencieuses.
Peu à peu se dessine, dans l’ombre de l’artiste la silhouette d’un autre Camille, issu de l’histoire familiale. Le récit se tisse alors entre ces deux destins que tout sépare – époque, condition sociale, célébrité et longévité pour l’un, anonymat et brièveté pour l’autre qui meurt avant vingt ans au front –, hormis l’intense relation à la nature du peintre dans son paysage, et du jeune paysan dans sa terre. La barque de l’aube nous entraîne ainsi dans une méditation douce sur la mémoire et le temps.

Image de couverture de La Barque de l’aube
Collection : Arléa-Poche
Numéro dans la collection : 243
juin 2018
72 pages - 7 €
Dimensions : 11 x 18 cm
ISBN : 9782363081643
9782363081643