Kizu, à travers les fissures de la ville

Michaël Ferrier

Kizu, c’est la blessure, la fêlure. C’est un mot japonais qui désigne aussi bien un trouble de l’âme qu’une trace de canif ou l’imperfection d’un objet.
Un homme, à Tokyo, voit apparaître dans sa vie, en même temps que la première fissure, la très belle Yuko, si belle qu’on aurait presque pu croire qu’elle ne mourrait jamais.
Glissements, secousses, convulsions souterraines, le quotidien se remplit alors d’inquiétudes.

Image de couverture de Kizu, à travers les fissures de la ville
Collection : Arléa-Poche
Numéro dans la collection : 196
octobre 2013
96 pages - 7.00 €
Dimensions : 11 x 18 cm
ISBN : 9782363080349
9782363080349

Lire un extrait

Kizu, à travers les fissures de la ville

Michaël Ferrier

Kizu est le nom que l ’on donne au Japon à la blessure, la fêlure, la coupure ; un bleu sur la peau, un coup de canif sur une table, une entaille à la surface d’un fruit.