Des graffs dans la nuit

De la grotte Chauvet à Judit Reigl

Jean-Jacques Salgon

Au-delà de l’ancienneté de ces figures, de leur état d’exceptionnelle conservation, quelque chose transcende ces images qui vient les faire vibrer d’un éclat presque surnaturel. Elles bougent et nous semblent vivantes, investies d’une puissance secrète qui défie les siècles. Elles portent en elles les traces d’une vision qui nous échappe et c’est cela qui nous émeut.

Depuis l’enfance où son père instituteur l’amenait récolter des fragments de poterie, des silex ou des dents humaines dans les grottes ou au pied des dolmens de l’Ardèche, Jean-Jacques Salgon, écrivain et scientifique de formation, passionné d’art, a gardé un goût prononcé pour la préhistoire.

En 2004, il a eu la chance de visiter la grotte Chauvet et, plus récemment, celle moins connue de Baume Latrone, dans le Gard. Des graffs dans la nuit surgit de la rencontre avec les oeuvres pariétales de plus de 30 000 ans, et des chocs de la découverte. Son étonnement et son éblouissement apportent des réponses à sa passion de l’énigme.

Image de couverture de Des graffs dans la nuit
Collection : La rencontre
avril 2021
96 pages - 16 €
Dimensions : 12,5 x 22,5 cm
ISBN : 9782363082589
9782363082589

Lire un extrait

Des graffs dans la nuit

Jean-Jacques Salgon

« Alors commence dans l’obscurité la danse silencieuse et chaloupée des faisceaux de nos lampes. Nous progressons en file indienne dans une galerie sur les parois de laquelle, au gré des éclairages, se laissent lire divers graffitis et griffades laissés par ceux qui nous ont précédés. »

Ils en parlent…

logo du media de presse

L’art de la grotte Chauvet

« Salgon nous parle de la volonté de l’homme de faire de l’art pour rendre son monde meilleur et, cela, depuis toujours. »

Par Julien Ségura

logo du media de presse

Des graffs dans la nuit - Le Blog de Denis Montebello ISSN : 2267-5914

« Jean-Jacques Salgon qui a gardé son âme de Miston, son talent d’inventeur pour découvrir et nous faire découvrir cette parade sauvage dont il a seul la clef. »

Par Denis Montebello