Consolation

Nathalie Aumont

Soit une famille, parents aimants, fratrie de trois, une fille, deux garçons, grands adolescents, presque adultes, prêts pour le beau départ dans la vie. Le bonheur simple, sans histoire.
Survient le drame : un des fils, promis à une carrière de pilote de chasse dans l’armée, se tue dans un accident de voiture en rejoignant la maison familiale. Après la sidération des premières heures, la douleur submerge tout. Raconté par le menu, jour après jour, année après année, le deuil, ou plutôt la façon de s’en accommoder, nous est restitué avec pudeur et émotion par la soeur, la narratrice.

Chacun réagit comme il peut : la mère, dévastée, le père, muet, le frère et la sœur taraudés par cette question, pourquoi lui et pas nous ? Face à la révolte et à l’impuissance de ceux qui restent, la narratrice oppose un récit tremblant, mais qui, peu à peu, s’apaise et va vers la consolation. Le temps, implacable, fait son travail et rend la douleur moins vive, sans l’effacer, bien sûr, peut-on jamais se remettre de la mort d’un enfant, d’un frère ? Le temps passe et œuvre à cette vie qui, vaille que vaille, continue, avec la naissance des petits-enfants, pour lesquels le disparu devient un nom, une photo, quelques mots.

Prix Prince Pierre de Monaco 2014, coup de coeur des lycéens.
4e Grand Prix PÉRIGORD de littérature 2014.

Image de couverture de Consolation
Collection : 1er Mille
août 2013
120 pages - 16.00 €
Dimensions : 13 x 19 cm
ISBN : 9782363080318
9782363080318

Ils en parlent…

le logo du journal

Efficacités et fraîcheur honorés

le logo du journal

48e Prix de la Fondation Prince Pierre. Caroline de Monaco couronne les arts et les lettres

© DR

le logo du journal

Blog à part - Séance de rattrapage (3) : Nathalie Aumont

le logo du journal

Brutale absence

Camille de Lapoyade

le logo du journal

Ardent et sobre

Anne Crignon

le logo du journal

Un livre

M. CA.

le logo du journal

Le livre de mon frère

M.A.

le logo du journal

Arléa Jacta

Veneranda Paladino

le logo du journal

Faire son deuil

Jean-Luc Aubartier

le logo du journal

Le bonheur simple d’une famille sans histoires