Aphorismes

Charles Baudelaire

Préface de Rémi Duhart

Toute littérature dérive du péché.

Être un homme utile m’a paru toujours quelque chose de bien hideux.

Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire.

Consentir à être décoré, c’est reconnaître à l’État ou au prince le droit de vous juger, de vous illustrer, etc.

Toute révolution a pour corollaire le massacre des innocents.

Dans les enfants, le chagrin a horreur de la lumière et fuit les regards humains.

On trouvera rassemblés ici des pensées, sentences, fragments de lettres et aphorismes que Remi Duhart a choisis dans l’œuvre en prose et la correspondance de Baudelaire.

Si les opinions tranchées du poète sont souvent injustes, outrées – voire odieuses ! –, elles révèlent presque toujours l’âme tourmentée du poète.

Quelques assertions iconoclastes et brutales peuvent choquer, mais il n’était pas question d’édulcorer la pensée d’un des plus grands poètes de la langue française, ni de faire de lui un « génie intègre » ou « politiquement correct ». D’ailleurs, même quand il fait étalage de mauvaise foi ou d’« hypocrisie », le cœur qui bat dans son œuvre et sa correspondance est celui d’un géant, révolté, intraitable avec son époque, avec ses contemporains et, plus encore, intraitable envers lui-même.

Image de couverture de Aphorismes
Collection : Arléa-Poche
Numéro dans la collection : 163
juin 2010
224 pages - 9.50 €
Dimensions : 11 x 18 cm
ISBN : 9782869599062
9782869599062