Aphorismes

Oscar Wilde

Traduit de l'anglais par Béatrice Vierne
Préface de Stephen Fry

Dans tous les livres d’Oscar Wilde, apparaissent ce qu’il est convenu d’appeler des « bons mots », des épigrammes assassines et autres sentences définitives qu’il était tout à fait opportun de réunir.

On trouvera donc dans ce livre, grâce à l’élégante traduction de Béatrice Vierne, réponse à toutes les situations de la vie en société, en empruntant à l’un des plus fins causeurs du siècle passé un esprit qui ne doit rien à celui de l’escalier.

Image de couverture de Aphorismes
Collection : Arléa-Poche
Numéro dans la collection : 121
février 2008
270 pages - 9.50 €
Dimensions : 11 x 18 cm
ISBN : 9782869598034
9782869598034

Lire un extrait

Aphorismes

Oscar Wilde, Béatrice Vierne, Stephen Fry

« La mode, c’est ce que l’on porte. Ce qui est démodé, c’est ce que portent les autres. »

« Aucune pose n’est aussi difficile à soutenir que le parfait naturel. »

« Il vaut mieux avoir des revenus assurés que d’être fascinant. »

« La grande supériorité de la France sur l’Angleterre, c’est qu’en France tous les bourgeois veulent être artistes, alors qu’en Angleterre c’est le contraire. »

« S’aimer soi-même, c’est le début d’une histoire d’amour qui durera une vie entière… »

« De nos jours, l’Amérique et nous, nous avons vraiment tout en commun, à l’exception de la langue, bien entendu. »

« C’est quand vous commencez à rentrer au petit jour que vos péchés, eux, finissent par sortir au grand jour. »